was successfully added to your cart.

Rencontre avec le designer Philippe Riehling

By 19/10/2016Blog

Interview de Philippe Riehling – designer

Junddo, avant tout, ce sont de belles rencontres. Celle avec le designer alsacien Philippe Riehling tient une place de choix. Une vision du design ouverte, un amour du bois massif, une démarche d’éco-conception, il vous détaille dans ces quelques lignes des thèmes qui lui (et nous) sont chers. Bonne lecture !

Peux-tu nous raconter ton parcours et comment il a formé ta vision du design ?

Photo de présentation du designer Philippe Riehling

J’ai commencé par un Bac Arts Appliqués au Lycée Le Corbusier à Illkirch, ensuite un BTS en Design Produit au Lycée Jacques Duhamel de Dole, suivi par un passage à l’ESAD de Reims pour enfin terminer par une formation en Eco-design à nouveau à Dole. J’ai toujours voulu dessiner aussi loin que je puisse m’en rappeler et étant petit-fils de charpentier, la fabrication et le bois ont jalonné mon enfance.

Je pense être un designer du pratique, de la technique au service du respect de l’environnement. Tous les projets sur lesquels je travaille sont des prétextes pour mettre en place une démarche d’éco-design. Je ne suis pas un designer-dessinateur : le coup de crayon et la belle forme, je ne sais pas faire. Le design, c’est dessiner à dessein, et sans dessein, je n’arrive pas à concevoir un projet.

Le bois occupe une place importante de mon travail, sous toutes ses formes, mais pas que… On pense souvent qu’il est le matériau écologique par excellence, et pourtant, utilisé dans un mauvais contexte, il peut être tout le contraire. Donc, les matériaux avec lesquelles je travaille sont avant tout choisis en fonction du projet, de son contexte, des usages, des provenances, des modes de transport…

« un designer du pratique, de la technique au service du respect de l’environnement »

Peux-tu nous parler de la naissance de Portée ? Qu’est-ce qui t’a séduit dans le projet ?

Portée, c’est d’abord une rencontre avec Xavier et Arthur, les fondateurs de Junddo. Ils ont su me parler de leur projet avec motivation et engouement. Ensuite, il y a eu deux mots magiques : « bois massif » et « paramétrique ». A propos du bois massif, je pense qu’il n’est plus assez utilisé aujourd’hui. On lui préfère ses dérivés, sous forme de panneaux moins capricieux mécaniquement et qui s’usinent facilement. Or, bosser du massif reste un beau projet, c’est vivant et ça oblige à être un peu plus attentif aux assemblages.

Ensuite, le paramétrique : j’aime cette idée de l’adaptation d’un modèle à une situation unique et c’est là que réside la difficulté. Dans la plupart des cas, un objet, un meuble est dessiné, pensé et proportionné pour une seule taille, et souvent, étirer ce modèle de base aboutit à un objet déséquilibré. Alors que penser un meuble basé sur du paramétrique, c’est penser des milliers de modèles, et donc une logique de dessin qui fonctionne peu importe la taille finale.

Finalement, c’est dans la réunion de ces deux éléments – qu’on peut rapprocher de la tradition, à travers le bois massif, et de l’innovation, à travers le paramétrique –  que réside mon intérêt pour le projet.

deux mots magiques : « bois massif » et « paramétrique »

Esquisse du meuble vinyle Portée réalisée par le designer Philippe Riehling.

Quelles sont les principales orientations que tu as choisies dans le design de Portée ?

La praticité, l’usage !

Le repose-casque – petit détail mais fort important étant donné le meuble, le bac disquaire – qui, selon moi, fait toute la spécificité de Portée, les séparateurs modifiables pour classer sa collection en fonction des années, du style, ou de l’artiste et enfin le passe-câbles. En somme : penser usages et spécificités, avant de penser « beau meuble ». Ce qui m’intéresse dans le design d’un projet : qu’on se sente à l’aise dans l’usage, que les gestes et les postures soient fluides…

En parallèle de tout ça, en arrière-boutique, je pense toujours à la consommation de matière, sa rationalisation… Comment mon dessin va-t-il permettre un bon usage, sans consommer trop de matière, en limitant le plus possible les chutes, tout en étant agréable à l’œil ? Je pense que cette phrase résume de manière générale mon travail, mais également l’orientation principale de la conception de Portée.

Porte casque du meuble vinyle Portée d'Estis

Sur quels projets travailles-tu actuellement ?

Je me dois de rester flou, je n’ai pas le droit de parler de tous les dossiers sur lesquels je travaille en ce moment, mais les plus importants sont :

  • Un développement de mobilier urbain pour mettre en valeur le bois local dans les Vosges
  • L’étude et la conception d’un mobilier urbain d’un nouveau type, conçu autant pour les Hommes que pour les insectes…
  • Et puis, si on peut le dire, des nouveautés pour Estis 😉

Puis, l’actualité la plus importante en cette fin d’année, est que je fête mes dix années d’activités. Donc pas mal de surprises à venir niveau communication visuelle, identité de l’agence, site Internet… Pour en savoir plus, rendez-vous au premier trimestre 2017.

En savoir plus sur Philippe Riehling, ses activités, ses projets. N’attendez pas !